Skip to content

Des bleus à l’âme – Françoise Sagan

7 mars 2011

Message aux lecteurs de ce blog

(et lecteurs tout court):

Désormais mes avis de lectures seront publiés sur le blog du club de lecture – sauf s’il s’agit de livres sur le cinéma ! Vous pourrez donc y retrouver la « critique » suivante …

Des bleus à l’âme

Bonjour Tristesse,  20 ans après…

Roman lu dans le cadre du challenge Françoise Sagan et du club de lecture.


L’histoire  résumée par Wikipédia

Le roman reprend les personnages de Sébastien et de sa sœur Eléonore, déjà présents dans la première pièce de théâtre de Sagan, Château en Suède, publiée en 1960. Il commence avec l’installation de ces derniers dans un meublé parisien. La quarantaine proche, mais encore très beaux, les deux complices professent un mépris total pour toute forme de travail. Pour subvenir à leurs besoins, ils se mettent en quête de la bonne âme fortunée qui sera sensible à leur charme. Ce sera Nora, une américaine d’âge mûr. Ils rencontreront également Robert, célèbre impresario, et son protégé Bruno, jeune loup numéro 1 du cinéma français…


Avis : Mon premier Sagan…

Ce n’est pas un roman, ce n’est pas une vraie confession. C’est un livre hybride. Déconcertant par sa structure et très stylisé. Et pourtant, Françoise Sagan écrit ce court « roman-essai » en 1972, dans l’urgence, avec l’aide d’Isabelle Held , et après de nombreuses pannes décritures (qu’elle confesse dans le roman) …
Côté fiction,  elle ressuscite  ses héros de « Château en Suède », Eléonore et Sébastien, frère et soeur, qui entretiennent une relation fusionnelle et vivent une existence bohème à Paris.
C’est la première et unique fois que  Sagan se confie par écrit. Elle le fait avec humour, sans concession.
L’écrivain prend le prétexte de se montrer en train d’écrire un petit roman pour nous faire entrer dans le processus de création. L’auteur nous parle du temps qui passe (elle s’imagine grand-mère à plus de  70 ans dans les  années 2010 …).
Dans une démarche autoréflexive, l’écrivain s’interroge sur  l’écriture.
Enfin, Sagan, la femme, nous livre  sa conception de la vie  sur les rapports hommes/femmes, le suicide, la dépression, la drogue …  Le tout avec humour et beaucoup de (son) style. Sagan philosophe, un pied de nez à sa réputation d’auteur superficielle?
On ne comprendra qu’à la fin pourquoi elle a choisi cette structure fiction /réflexion. Un court roman dans lequel il faut rentrer. il faut accepter de se laisser porter par la petite musique de l’auteur, le style étant agréable, même si le thème et l’autoréflexion sur son oeuvre peuvent décourager  à première vue.

Citation clé (à l’origine du titre)

Et cette âme, si nous n’y prenons pas garde, nous la retrouverons un jour devant nous, essoufflée, demandant grâce et pleine de bleus… Et ces bleus, sans doute, nous ne les aurons pas volés.

***

LIENS

  • Mon billet sur le film Sagan  de Diane Kurys (2008).
  • Mon billet sur le film Bonjour Tristesse d’Otto Preminger (1958).
Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 7 mars 2011 21:03

    J’ai aimé aussi la vision de Sagan sur le monde du spectacle (en particulier du cinéma).Ce ne sont que des descriptions courtes,mais efficaces !

Trackbacks

  1. Challenge Sagan : participants et billets (Mise à jour) « Delphine's books and more
  2. Bilan Challenge Françoise Sagan |
  3. Challenge Françoise Sagan |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :