Skip to content

[Critique] NUIT BLANCHE de Frédéric Jardin

16 novembre 2011

20111022-152630.jpg

La bande annonce :

Synopsis :

Un flic dérobe un gros sac de cocaïne à des trafiquants, mais il est identifié au cours de l’opération. Les truands prennent alors son fils en otage. Vincent doit faire l’échange – son fils contre le sac – dans une boîte de nuit tenue par les mafieux. La nuit qui commence sera la plus longue de sa vie et peut-être même la dernière.

Avis

Alors que la bande-annonce était plutôt classique, j’ai été surprise par la forme du film. Je n’ai pas vu les autres films de Frédéric Jardin mais je pense que le traitement devait être assez classique – et, qui plus est, il s’agissait plutôt de comédies. Ici, on est dans l’urgence, caméra à l’épaule, on suit Vincent, on souffle avec lui, on souffre avec lui !

Nous sommes dans un monde de brutes, et même les « gentils », pour s’en sortir, sont « méchants ». Sur le fond, beaucoup de violence… Certains des spectateurs ont pensé à un jeu vidéo, moi, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer avec certaines séries télévisées, en particulier la série américaine « 24 » (c’est plutôt un compliment car le rythme de la saison 1 et les rebondissements étaient hallucinants.) J’ai aussi pensé à « Pour elle » de Fred Cavayé ( sauf que dans ce dernier qu’il s’agit de faire évader une femme de prison… Pas un enfant.)
Dans un autre registre, la violence montrée et le stress engendré par le film m’ont fait penser à « Drive » ( même si la mise en scène est différente et que les deux films n’ont rien à voir ) … ou des films du genre « Les affranchis ».

Du côté de l’interprétation, j’étais intriguée car le casting est hétéroclite.Tomer Sisley (Largo Winchhimself ) fait le job ( il était attiré par le côté Monsieur tout le monde dépassé par les évènements) , Serge Riaboukine un peu cliché dans son rôle de mafieux corse mais émouvant vers la fin), Julien Boisselier, dans un rôle qui change radicalement de ses habitudes ( en tout cas, moi, je ne l’avais jamais vu comme cela), Joey Starr (après Polisse,où il interprète un flic, ici il joue un dealer. Une de ses répliques restera culte : « Est-ce que j’ai une tête à faire des crêpes ? « ), Laurent Stocker (sociétaire de la Comédie Française dont le talent est hélas totalement sous – exploité. on aurait aimé le voir plus à l’écran), Birol Ünel ( l’acteur de Head On lui aussi mal employé), Lizzie Brocheré (la jeune fliquette qui veut bien faire et qui se fait bien malmener), Samy Seghir qui joue le fils immature qui va ensuite mûrir suite à son kidnapping (L’ado de Neuilly, sa mère !)…

L’idée du huis clos dans la boîte de nuit est bonne, cela change des courses poursuites dans les rues de Paris ou LA. Par contre, ensuite, il faut tenir cette bonne idée pendant plus d’une heure et demie … J’ai été surprise par certains rebondissements – mais pour d’autres, j’ai trouvé que cela allait dans la surenchère. Surenchère de violence, de rebondissements.

Cette analyse, je la fais après coup car pendant la projection, je vivais carrément l’aventure du personnage de Vincent. Après , rétrospectivement, je me dis que je n’ai pas aimé la fin ouverte – ou alors il aurait mieux fallu couper avant.Et peut -être la représentation des femmes ( je ne suis pas spécialement féministe) , mais là entre la prostituée, la jeune stagiaire zélée qui se fait traiter de c***e ( il faut avouer qu’elle l’est un peu ) et se fait tabasser – et l’ex qu’on ne voit quasiment pas, les personnages féminins ne sont pas très développés.
Et pourtant, quand Tomer Sisley nous a demandé comment nous, blogueuses, on « avait vécu le film », je n’ai pas répondu que c’était un film pour mecs. Car je ne le pense pas. Le thème de l’enfant kidnappé et de l’amour filial est universel. Et une course poursuite entre gangsters, flics et ripoux, comme on en trouve dans le film, crée toujours une tension intéressante.

En conclusion, malgré quelques faiblesses, j’ai apprécié ce film policier. Une chose est certaine : jamais vous ne vous endormirez en regardant Nuit Blanche. En tout cas, je suis rentrée dedans, et on comprend aisément pourquoi il a fait le buzz au Festival de Toronto, et reçu plusieurs propositions de remake.

  • En savoir plus

-> sur le blog : Le concours Nuit Blanche pour gagner un DVD . (concours terminé)

– > sur le Web :

https://www.facebook.com/nuitblanche.lefilm
http://twitter.com/NuitBlanchefilm
http://www.youtube.com/user/bacfilms

PS :  mes photos de la projection en présence de Tomer, de Samy, et du réalisateur :


Advertisements
One Comment leave one →
  1. Arnold38Cinema permalink
    21 novembre 2011 11:12

    C’est vrai que pour s’endormir devant ce film faut le faire exprès ! Mais il faut quand même y aller bien reposé car pour se laisser prendre dans ce rythme infernal faut quand même avoir les idées claire, bref c’est vraiment une bonne surprise le casting est bon, avec certains personnage caricaturaux à prendre au second degré, et certaines scène valent vraiment le coup (bagarre en cuisine !)
    mon avis : http://www.youtube.com/watch?v=HY77XzL7tsA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :