Skip to content

[DVD] Restless de Gus Van Sant

2 avril 2012

© 2011 Columbia Pictures

Date de sortie du film :
21 septembre 2011 (1h 35min)

Film sorti en DVD le 8 février 2012

Réalisé par Gus Van Sant
Avec Henry Hopper, Mia Wasikowska , Ryo Kase

 Synopsis

Bien qu’en phase terminale d’un cancer, la jeune et jolie Annabel Cotton est animée d’un amour profond de la vie et de la nature. De son côté, Enoch Brae a cessé d’avoir envie de faire partie du monde depuis que ses parents sont tragiquement morts dans un accident. Lorsque ces deux êtres à part se rencontrent à un enterrement, ils se découvrent d’étonnants points communs. Pour Enoch, dont le meilleur ami se trouve être le fantôme d’un pilote de guerre kamikaze, et Annabel, qui voue une fascination à Charles Darwin et à la vie de toute créature, c’est le début d’une relation exceptionnelle. En apprenant la mort imminente d’Annabel, Enoch propose de l’aider à vivre ses derniers jours avec intensité, au point de défier le destin, les traditions et la mort elle-même.

Avis

Présenté au festival de Cannes 2011 dans la catégorie Un Certain Regard,  le film de Gus Van Sant reçut des critiques mitigées. On parlait d’un Van Sant mineur.

A noter que le film a pour productrice Bryce Dallas Howard (fille de), et que le rôle assez sympathique de la sœur d’Annabel est tenu par la fille de Sissi Spacek, Schuyler Fisk.

Grâce au DVD édité par SPHE, j’ai découvert un film plein de charme, qui reste dans la lignée des thématiques de Gus Van Sant, même s’il n’a pas rencontré le succès d’ « Elephant » (les deux films sont en effet très différents !).

Les films de Gus Van Sant comportent à mon avis deux thèmes principaux : l’adolescence et la mort. « Restless » est un film qui respecte donc la thématique de Van Sant, mais cette fois le spectateur observera un autre thème : le premier amour (hétérosexuel, dans « Restless », il n’est point question d’homosexualité masculine, un autre thème majeur de l’œuvre de Van Sant).

Eros, Thanatos, jeunesse. On ne peut que penser à « Roméo et Juliette » … Mais la référence écrasante du film est « Love Story », réalisé par Arthur Hiller et sorti en 1970. Un amour condamné par la maladie.

La différence principale des deux films est la forme, et la personnalité des protagonistes. La forme du film de Van Sant est beaucoup moins classique que « Love Story », et surtout ses héros, un orphelin perturbé par la mort de ses parents, et une jeune fille passionnée par Darwin, qui reste pimpante, vive et gaie malgré l’annonce de sa maladie.

Le film doit beaucoup aux deux comédiens principaux, Henry Hopper (le fils de Dennis Hopper, confronté lui-même a la mort de son illustre père) et Mia Wasikowska (l’Alice au Pays des merveilles de Tim Burton, elle fait penser ici à  Jean Seberg, dans « A bout de souffle », par sa fragilité, son humour et sa coupe de cheveux !); Van Sant a choisi pour sa bande originales de belles musiques ; il crée une ambiance douce, jamais larmoyante mais pleine de spleen. On notera que « La Guerre est déclarée » et la série « The Big C » ont aussi pour parti pris de parler du cancer, mais sans pathos, et de façon plus ou moins réaliste.

« Restless » est donc un film « léger » et agréable à regarder malgré le sujet difficile qu’il aborde. D’accord, on ne sent pas trop la « patte » de Gus Van Sant, mais le film ne m’a pas déçue. Concernant la forme, j’en garde quelques belles images et j’ai noté de jolies idées de mise en scène. Au début, je ne voyais pas l’intérêt du personnage du fantôme du kamikaze japonais. Cependant la présence de ce personnage se justifiera dans le film, et puis son rapport à la mort très orientale, cette idée de sacrifice, complètent le thème de la mort exploré dans le film. On retiendra aussi la scène des adieux répétée sur un ton très « mélo », ou encore le fait que les deux héros décident de fêter Halloween (le film se passe le temps d’un automne, et en cela il me rappelle un mélo avec Wynona Ryder et Richard Gere, « Un automne à New York » (Autumn in New York) réalisé par Joan Chen , sorti en 2000.Wynona y incarnait une jeune fille atteinte d’une maladie incurable…)

Le DVD possède des bonus sur les coulisses du film,  mais le complément le plus original est une version muette du film (que j’avoue n’avoir pas regardée en entier ).  Gus Van Sant avait tourné chaque scène en double, une version dialoguée et une autre muette. C’est amusant de voir le résultat, et de lire les panneaux… Le muet reviendrait-il à la mode ?

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. 30 avril 2012 23:33

    Je passe mon tour! Je ne suis pas très fan de Van Sant…

    • 1 mai 2012 14:32

      J’avoue que je n’ai pas vu beaucoup de Van Sant, je me suis souvent arrangée pour me faire raconter ses films… Du coup, Mala noche ne me tente pas, et les DVD de Gerry, Last days m’attendent sagement sur leur étagère ! Je crois que j’ai apprécié la simplicité de çe Restless… Et que ce soit moins lourd et déprimant que les autres Van Sant.

Trackbacks

  1. Adieu Berthe de Bruno Podalydès « Les écrans de Claire
  2. Jane Eyre avec Michael Fassbender et Mia Wasikowska « Les écrans de Claire
  3. [Série Télé] La saison 1 de The Big C en DVD ! « Les écrans de Claire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :