Skip to content

Match Disney #1: Taram vs Blanche Neige

3 mai 2012

Pour fêter les deux décennies du parc d’attraction Eurodisney, et parce que j’avais sous la main les VHS adéquates, j’ai décidé de regarder quelques dessins animés Walt Disney ( toute seule, sans enfant ou compagnon de film).

Il faut dire que les Kaboomeurs avaient ravivé dans mes yeux une petite lueur enfantine avec leur émission dédiée aux films de Disney. Sauf qu’ils ont choisi la période des Disney à partir des années 80, alors que j’ai préféré la période la plus ancienne. Le film que nous ayons en commun, c’est « Taram et le chaudron magique ».

Séquence nostalgie. Et match entre deux Disney.
Qui préférer ? Les sept nains et leur douce amie ou Taram, son cochonnet et son chaudron ?

  • Taram et le chaudron magique (1985)

    THE BLACK CAULDRON

Synopsis
Taram, apprenti sorcier au pays enchanté de Prydain, doit empêcher le Seigneur des Ténèbres d’étendre sa domination maléfique. L’enjeu est le chaudron magique…

Déception pour ce dessin animé que j’avais beaucoup aimé à l’époque.
En fait, l’histoire ne m’a pas passionnée, et le graphisme n’est pas assez noir ou gothique.

C’était pourtant une tentative louable de faire quelque chose de différent. Les monstres ressemblent à ceux de La Belle au bois dormant, le méchant a un petit air de Skeletor, l’ennemi de Musclor, avec de grandes oreilles et des bois piqués au père de Bambi.
Cet essai de faire de l’heroic fantasy au lieu de l’adaptation de conte de fées est à mon avis raté.
Je n’ai pas trouvé les personnages spécialement attachants. Et la VF a eu du mal à passer, malgré la présence de Roger Carel et d’ Eric Métayer. Le moment je pas délirant du film reste cependant la rencontre avec les sorcières, dont une qui tombe raide dingue du ménestrel. Elle lui parle de son  »instrument », le retrouve transformé en grenouille coincée entre ses seins … Ce passage dénote avec le reste du film.
Au niveau de l’histoire, rien de palpitant, la morale sur l’amitié, pourquoi pas, cela reste indémodable (cf Cars 2).

Question forme, il est dommage que les dessins de Tim Burton n’aient pas été retenus. L’univers visuel n’est pas déplaisant, mais un peu déjà vu ( on pense beaucoup à Merlin l’enchanteur).

Notons que j’ai vu « Taram » en deux fois : l’ennui pointant son nez après le rapt du cochon, j’ai arrếté la VHS, afin de mettre celle de Blanche Neige à la place…

  • Blanche Neige (1937)

    SNOW WHITE AND THE SEVEN DWARFS

    Premier film d’animation de l’histoire du cinéma, Blanche Neige et les Sept Nains est un chef d’oeuvre qui résiste plutôt bien à l’épreuve du temps. D’abord, le conte de Grimm n’a pas pris une ride et il continue d’inspirer Hollywood, avec deux Blanche Neige qui sortent sur nos écrans cette année.

    Ensuite, on ne peut que reconnaitre le travail de titan des animateurs et la prise de risque de Disney qui avait dépensé toutes ses économies pour réaliser son rêve. Alors, oui, Blanche Neige est un peu nunuche, les sept nains sont stéréotypés, les animaux de la forêt trop mignons, mais il s’agit d’un conte de fées, n’est-ce pas ?

    Enfin, les chansons sont cultes, et le resteront longtemps.  » Un jour mon prince viendra » (« Some Day My Prince Will Come ») a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses reprises, la dernière en date étant celle du jazzman Tigran Hamasyan. Ce fim a conditionné une certaine imagerie disneyenne : adaptation d’une œuvre littéraire , et en particulier d’un conte de fées. Et surtout il débuta le film de princesses, une sous-catégorie très représentée chez les films Disney. Je ne vais pas me lancer dans le match des princesses Disney, en exposant leur différences et leur ressemblances( ceci dit, çela pourrait être amusant), je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet, par exemple sur La belle au bois dormant).

    Cover of "Snow White and the Seven Dwarfs...


    Pour finir, voici le lien vers la chanson des nains, bien entêtante…

    DisneyBlanche neige – chanson des nains – Vidéo Dailymotion

    Résultat du match : avantage Blanche Neige, un classique indémodable qui a fondé l’empire de Disney et remporté le premier Oscar pour un film d’animation : un Oscar d’honneur accompagné de sept statuettes plus petites…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :