Skip to content

[DVD] Anonymous de Roland Emmerich

7 mai 2012

Anonymous

Acteurs : Rhys Ifans, Vanessa RedgraveJoely RichardsonJamie Campbell Bower (Camelot),  Rafe Spall (Un jour), David Thewlis,
Réalisateur : Roland Emmerich 
Nombre de disques : 1
Studio : Sony Pictures Entertainment
Date de sortie du DVD : 9 mai 2012
Durée : 125 minutes

Synopsis

C’est l’une des plus fascinantes énigmes artistiques qui soit, et depuis des siècles, les plus grands érudits tentent de percer son mystère. De Mark Twain à Charles Dickens en passant par Sigmund Freud, tous se demandent qui a réellement écrit les œuvres attribuées à William Shakespeare. Les experts s’affrontent, d’innombrables théories parfois extrêmes ont vu le jour, des universitaires ont voué leur vie à prouver ou à démystifier la paternité artistique des plus célèbres œuvres de la littérature anglaise. A travers une histoire incroyable mais terriblement plausible, « Anonymous » propose une réponse aussi captivante qu’impressionnante. Au cœur de l’Angleterre élisabéthaine, dans une époque agitée d’intrigues politiques, de scandales, de romances illicites à la Cour, et de complots d’aristocrates avides de pouvoir, voici comment ces secrets furent exposés au grand jour dans le plus improbable des lieux : le théâtre…

Je vais essayer de ne pas révéler le mystère sur cet anonyme qui aurait été le vrai Shakespeare. Cependant ceux qui en veulent plus peuvent regarder la bande annonce (en VOST) :

Avis

Le premier film d’auteur de Roland Emmerich,  après des blockbusters tels que Le Jour d’Après ou 2012

Ce qui m’a le plus plu dans le film, ce sont les costumes, et la théorie selon laquelle Shakespeare serait un imposteur. Certains décors et effets spéciaux sont un peu limités ( étonnant car c’est du Roland Emmerich, en même temps il a tout tourné en Allemagne , et devait recourir aux effets spéciaux) Cela commençait pourtant bien, avec une belle scène d’ouverture -transition, et je me demandais donc pourquoi les critiques dont j’avais eu vent étaient mauvaises.

Mais l’intrigue reste brouillon  : on met du temps à repérer  qui est qui, la faute à de nombreux flashbacks et voyages temporels. D’ailleurs, dans le making of, Roland Emmerich et son auteur justifient certaines scènes pour un côté pédagogique. Ce qui prouve qu’ils étaient conscients que le spectateur serait perdu. Et cela n’a pas loupé :  j’ai été perdue par moments, mon co-spectacteur aussi ( il a complètement décroché) ! Je suis restée et j’ai trouvé que le film était vraiment trop long, même si je voualsi voir ce qui se passait.  En revanche, les révélations viennent trop vite.

C’est une période de l’histoire britannique qui m’intéresse, mais le traitement de cette histoire m’a gênée : on apprend que la Reine Élisabeth avait une vie sexuelle active , et que la plupart des personnages sont ses descendants ! Il est vrai que la reine vierge a eu une vie sentimentale compliquée , mais nulle part il n’est question d’inceste, et qu’elle était la mère de tel ou tel personnage ( j’ai vérifié sur l’encyclopédie Wikipedia !). Et quant  à la rebellion dûe  à une pièce de théâtre, hmm … Déjà, il me semble que dans « Deux Soeurs pour un Roi « , il y avait des inexactitudes historiques, mais là…

Notons que Roland Emmerich a mis des textes de Shakespeare mais en si petite quantité que c’en est dommage. Il faut aussi remarquer qu’Emmerich semble hésiter entre parodie et premier degré. Les ambiances et les tons changent dans le film. Les vrais héros du film sont Edouard de Vere et Ben Johnson. On a peu d’informations sur le véritable Shakespeare, et Emmerich en a fait un personnage inculte, alcoolisé et roublard. Portrait peu reluisant, donc, à mille lieux de Shakespeare in Love. Les personnages les plus sympathiques sont peut-être Benjamin « Ben » Jonson et Edouard de Vere.

Quant à la théorie développée par le film, elle tient la route et est soutenue par Derek Jacobi, un des acteurs d’Anonymous. Maintenant, c’est plutôt l’iverse qui se passe : des gens célèbrent qui s’approprient le travail d’autrui. A l’époque de Shakespeare, l’inverse ce serait produit, pour des raisons d’étiquette et de politique. En effet,  un noble ne pouvait pas parler de ses expérience publiquement et les faire représenter au théâtre !

LE DVD

Les bonus

  • Commentaire audio du réalisateur Roland Emmerich et du scénariste John Orloff
  • 3 Scènes supplémentaires
  • Qui est le vrai William Shakespeare ? (10′)

Il y a une édition blu-ray,  cf la Fnac  ou Amazon, avec plus de bonus.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 11 mai 2012 21:38

    Je ne l’ai pas vu en entier, mais je le reverrai de bout en bout. Curieux projet de la part d’Emmerich, c’est certain!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :