Skip to content

[Critique] TED de Seth MacFarlane

9 octobre 2012

affiche Ted le film

© Universal pictures

Ted
Réalisation : Seth MacFarlane
Durée : 1h47
Avec : Mark Wahlberg, Mila Kunis, Seth MacFarlane (Joey Starr pour la VF), Joel McHale, Giovanni Ribisi …

En salles le 10 Octobre 2012.

Ted dans son bain avec son téléphone

Ted nous raconte le synopsis de son film … au bain !


SYNOPSIS :

À 8 ans, le petit John Bennett fit le voeu que son ours en peluche de Noël s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et il vit son voeu exaucé. Presque 30 ans plus tard, l’histoire n’a plus vraiment les allures d’un conte de Noël. L’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lori. Bien que patiente, Lori voit en cette amitié exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l’herbe devant des programmes télé plus ringards les uns que les autres, un handicap pour John qui le confine à l’enfance, l’empêche de réussir professionnellement et de réellement s’investir dans leur couple. Déchiré entre son amour pour Lori et sa loyauté envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme, un vrai !

(in DP)

Ted et Mark Wahlberg

Ted (Seth MacFarlane) et Mark Wahlberg

Critique sans peur, sans poil et sans spoiler

Il était une fois un comique nommé Seth MacFarlane. Les bonnes fées s’étaient penchées sur son berceau :  Seth avait une jolie voix. Seth n’était pas mal de sa personne. Seth était aussi doué pour l’animation et aimait détourner des images enfantines en disant des choses politiquement incorrectes.  Et surtout, Seth avait de l’humour. Il l’avait prouvé avec « American Dad« , ou encore la série TV « Les Griffin » (« Family guy »).  Même les organisateurs des Oscars décidèrent de récompenser ses dons : Seth succédera à un autre comique, Billy Cristal,  pour la présentation des Oscar cette année.

Il était une fois une jolie fille nommée Mila  Kunis. Après être passée au Seventies Show et avoir doublé un personnage des Griffin, elle avait décidé d’être sérieuse et de devenir sex symbol en embrassant (et plus) Natalie Portman dans « Black Swan ». Esquire la récompensa d’un titre : c’est désormais  la « femme la plus sexy du monde ». Quant à Seth Mac Farlane, il décida de montrer (à nouveau) que la belle avait de l’humour…

Il  était une fois un rappeur devenu acteur, Mark Wahlberg. Marky Mark avait de l’humour et du talent à revendre ; il l’avait montré dans « Boogie Nights », film où il incarnait un acteur porno – un peu benêt mais très bien membré – qui finit dans l’alcool et la drogue.
Sa récompense ? Un ours en peluche qui dit des gros mots, boit et fume du cannabis. Un vrai conte de fées.

Ted,  c’est un ours en peluche tout mignon qui prend vie par magie… 30 ans plus tard,  le nounours est un peu moins mignon : fumeur, buveur, dragueur…
L’idée de prendre une chose toute mignonne et de lui faire dire ou faire des horreurs n’est pas nouvelle. En revanche, ce qui l’est, c’est le jusqu’au boutisme de MacFarlane. Pour son premier long métrage cinématographique, Seth MacFarlane, réalisateur/scénariste/producteur/acteur de Ted va loin : des propos notamment sur des pratiques sexuelles pourront heurter la sensibilité des jeunes spectateurs. Côté images, cela reste raisonnable, la scène où Ted fait l’amour avec sa petite amie caissière fera rire car l’ours en peluche est dénuée de pénis. (Mais peut-être que certains y verront une image zoophile.)

Le scénario mélange « buddy movie »,  histoire d’amour et comédie trash avec une touche d’action.
Passons sur l’histoire d’amour. Les deux acteurs principaux assurent le minimum vital et d’autres acteurs auraient pu être aussi crédible. Il n’y a pas d’alchimie particulière entre Mark Wahlberg et Mila Kunis. Les scènes tendres sont vites contre-balancées par une vanne ou un pet ! Mais ce n’est pas la relation amoureuse en elle-même qui est intéressante, mais plutôt le fait qu’elle soit menacée par un ours en peluche… Un rival de taille pour la belle Lori. John Benett n’arrive pas à choisir entre son meilleur ami qui le rattache à l’enfance, et Lori, son futur, sa petite amie sexy qui se trouve être aussi sa meilleure amie. Cela finira-t-il en ménage à trois ? Pas de poil ni de spoiler, on a dit !

Adulescent, John Bennett est un peu bébête, gentiment inadapté au monde du travail  (mais il a un job tout de même). John a peur du tonnerre et surtout peur de l’avenir, peur de s’engager… Ce héros reste sympathique même s’il fait souffrir involontairement Lori. Ce côté sympathique vient en partie du fait que John est resté coincé dans les années 80.
Le film regorge de références eighties : « Flash Gordon », « Star Wars », « Indiana Jones » (un clin d’oeil au chapeau d’Indy), « Cheers » etc. Toute personne aimant les films et séries de cette époque sera comblée. Nostalgie quand tu nous tiens.

Cette nostalgie est renforcée par  Ted, l’ours en peluche. En parlant de peluche, bravo à l’animation qui nous fait complètement oublier que Ted n’est pas un acteur dissimulé dans une costume en fourrure. Les mouvements de Ted sont si réalistes, en particulier dans une scène de bagarre avec John, ou dans une scène d’escalade, qu’on en oublie que ce Teddy Bear est réalisé en images de synthèse.

Je ne m’attendais pas du tout à ça. « Ted » est une bonne surprise. Cela faisait bien longtemps que je n’avais autant ri au cinéma, même si certaines blagues sont lourdaudes (humour scatologique etc.). Mais pourquoi bouder son plaisir (régressif) devant ce film qui mélange chamallow et poil à gratter ? « Ted »  a connu un succès fou à travers le monde et ce n’est pas en France que ça va s’arrêter ! Préparez -vous à une invasion de nounours « Ted » cet hiver !

Publicités
12 commentaires leave one →
  1. 9 octobre 2012 21:11

    Bon je n’aime pas faire ça, c’est très laid j’en convient, mais j’ai publié un nouvel article qui pourrait être susceptible de créer un mini-débat… Le cinéma devient-il trop violent ? Alors bon, si jamais vous vous sentez prêts à affronter la question à mains nues et aux poings, et bien je vous attends ici : http://wp.me/p2gEpo-3e
    Sans oublier retweets, partages, etc…
    Bon voilà maintenant je vais me culpabiliser toute la nuit pour avoir fait de la publicité, comme ça, de la plus odieuse des façons… Pardonnez moi, ça ne se reproduira plus, promis !

    Bonne soirée et bonne continuation !

    Terry

  2. 10 octobre 2012 22:40

    J’ai aimé aussi ce film! Drôle, émouvant et plus profond que ce qu’on pourrait croire au premier abord.

  3. 12 octobre 2012 20:00

    Faut que je me décide à aller voir ce film. Apparemment c’est the film du moment.

  4. Marjolaine permalink
    12 décembre 2012 11:20

    un bon film amusant avec l’animation de l’ourson très bien réussie!
    j’aurais adoré que mon winnie l’ourson d’enfance soit animé ainsi!
    Marjolaine

    • 12 décembre 2012 11:23

      Merci pour le commentaire Marjolaine. Je ne suis pas certaine de vouloir ce nounours en vrai dans ma vie de tous les jours,avec les bêtises qu’il fait ! Je fais partie de ceux qui possèdent un ours TED à la maison et cette peluche ne dit que des gros mots et des répliques du film !

Trackbacks

  1. [Critique] TED de Seth Mac Farlane " Les écrans de Claire" | Cinéma critiques | Scoop.it
  2. Bilan cinéma 2012 (avec un top dedans) « Les écrans de Claire
  3. Oscars 2013 : les nominations « Les écrans de Claire
  4. Concours TED de Seth MacFarlane : des goodies à gagner ! « Les écrans de Claire
  5. Oscars 2013 : mes pronostics | Les écrans de Claire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :