Skip to content

[Critique] Cloud Atlas de Lana, Andy Wachowski et Tom Tykwer, avec Tom Hanks, Halle Berry, Hugh Grant

12 mars 2013

« Cloud Atlas », le film des Wachowski (Matrix) et de Tom Tykwer (Cours, Lola, cours) fait parler de lui depuis des mois. Grand oublié des Oscars, on qualifie le film de chef d’œuvre ou de fumisterie …
Adaptation d’un roman culte dans les pays anglo-saxons, Cloud Atlas – Cartographie des nuages de David Mitchell, le film arrive tardivement en France, alors qu’il est déjà sorti en Blu-Ray aux USA. Une chose est certaine, c’est un film hors du commun que je suis allée voir. Retrouvez mon avis ici !

Cloud-Atlas-Affiche-Ban-TIFF

CRITIQUE

Karma chameleon…

Cette chanson de Boy George m’est venue à l’esprit, car le film traite de réincarnation, ou plutôt de migrations cosmique d’âme. Les acteurs tels des caméléons changent d’âge, de sexe, de couleur de peau et d’époque… pour mieux être le vecteur d’un message de libre arbitre universel. ce thème qui doit parler particulièrement à Lana Wachowksi , ex Larry (dont les dreadlocks ressemblent à peu à celle de Boy George dans le clip de Karma Chameleon, finalement tout se tient.)
Le film nous montre que nos choix et actions dans une vie ont des répercussions sur les autres … dans vos vies futures … Le clone Sonmi-451 résume ainsi cette philosophie mystique :

“Nous ne sommes pas maîtres de nos vies. De la naissance à la mort, nous sommes liés les uns aux autres. À travers le passé et le présent. Et que nous commettions un crime ou une bonne action, nous portons en nous notre avenir ».

Autant dire que si vous êtes très cartésien, la pilule ne passera peut-être pas !

cloudatlas karma

Les migrations karmiques dans Cloud Atlas… et c’est encore plus complexe dans le film. Crédits : Cinema Blend.com

Toujours pour illustrer cette migration d’âme, les réalisateurs ont demandé aux mêmes acteurs de jouer six rôles différents. D’où  un Hugo Weaving ou un Ben Whishaw grimés en femmes, Halle Berry ou Susan Sarandon travestis en hommes asiatiques… On remarquera aussi maquillage un peu étrange de Doona Bae occidentalisée en rousse américaine du  XIXe siècle, celui de Zhou Xun en blonde tribale du XXIV e siècle ou d’Halle Berry en  blonde Allemande. Pouvoir interpréter plusieurs rôles et transcender son apparence, un rêve d’acteur !

Pour le spectateur, le jeu du « Who’s who ?/où est Charlie ? » est très distrayant (On vous explique « qui est qui » en images à la fin du générique…) Bref, vous pourrez exercer votre sens de l’observation et de la physionomie pendant 2 h 45. J’ai bien aimé ce parti pris, même si j’ai trouvé certains maquillages un peu étranges.

cloud atlas

Cloud Atlas, Neo Seoul, 2144 (Doona Bae et Jim Sturgess) ©Warner Bros

Adapter Cloud Atlas : défi réussi !

6 histoires en un film… et toutes sont liées !

Comme il est très compliqué de vous raconter l’histoire de Cloud Atlas sans tout vous dire, je vous transmets le synopsis de Warner Bros :

À travers une histoire qui se déroule sur cinq siècles dans plusieurs espaces-temps, des êtres se croisent et se retrouvent d’une vie à l’autre, naissant et renaissant successivement…

Tandis que leurs décisions ont des conséquences sur leur parcours, dans le passé, le présent et l’avenir lointain, un tueur devient un héros et un seul acte de générosité suffit à entraîner des répercussions pendant plusieurs siècles et à  provoquer une révolution.

Tout, absolument tout, est lié.

A pari fou et ambitieux, résultat hors normes mais grandiose

Cloud Atlas (novel)

Cloud Atlas, le roman(crédits: Wikipedia)

La fratrie Wachowski et Tom Tykwer se sont lancés dans un pari fou : adapter un roman a priori inadaptable, filmer six époques différentes, à trois,dans plusieurs lieux de tournage (Babelsberg près de Berlin, Majorque et  Edimbourg )…avec l’idée de faire un film « cubiste »…
Pas étonnant que le film dure presque trois heures. Et peut-être qu’au début vous serez un peu perdus dans cette narration éclatée ;  car les histoires se télescopent, les destins se croisent. Le best seller dont il est tiré compte 715 pages et développait les histoires jusqu’à leur moitié, puis passait à une autre… Le résolution et la fin de l’histoire apparaît dans la deuxième partie du récit.  Je n’ai pas terminé sa lecture , mais je peux déjà vous affirmer que les réalisateurs ont forgé un scénario très différent de la structure du livre. En revanche, ils ont gardé les citations clés, l’esprit du livre, l’idée de la tâche de naissance, les périodes, les personnages…du beau travail d’adaptation.

Le résultat est un OVNI… anticonformiste mais soigné.

Certaines images du film sont superbes. Et surtout, il convient de souligner que le montage est incroyable. Quel travail !  Je ne me suis pas ennuyée une seconde. Je ne comprends pas pourquoi Cloud Atlas n’a pas obtenu une nomination aux Oscars, parce qu’il y a un énorme travail de montage, d’effets spéciaux (Néo Séoul et son côté Blade Runner, La période « Après la chute »…) de maquillage et de coiffures.

Enfin, les mélomanes ne sont pas oubliés:  la bande originale de Cloud Atlas est d’une grande beauté. Les réalisateurs ont vraiment soigné la musique du film, nommée aux Golden Globes,tout de même. L’idée de correspondances n’est pas oubliée : le sextuor de Cloud Atlas, composé par  Robert Frobisher en 1936, continuera à hanter sa réincarnation, un jeune vendeur de disques en 1973. Chose assez rare pour être soulignée : la BO de Cloud Atlas a été co-composée par le réalisateur, Tom Tykwer. Si vous aimez les musiques mélancoliques, et le piano en particulier, vous allez vous régaler !

En conclusion

Superbe visuellement, complexe, mystique, et ambitieux, le film « Cloud Atlas » est tellement riche qu’on a envie de se replonger dans cet univers encore et encore … Un film qui ne ressemble à aucun autre, hors des sentiers battus, anticonformiste, cela fait du bien ! Vous l’aurez compris, je fais partie des pro-Cloud Atlas :  il faut reconnaître que ce film ne plaira pas à tout le monde.

  • CLOUD ATLAS

sortie en salles : 13 mars 2013

un film de Lana  Wachowski, Tom Tykwer, et Andy Wachowski

avec : Tom Hanks, Halle Berry, Jim Broadbent, Hugo Weaving, Jim Sturgess, Doona Bae, Ben Whishaw, James D’Arcy, Zhou Xun, Keith David, David Gyasi,  avec Susan Sarandon et Hugh Grant

  • Bonus 

Lana Wachowski, né Lawrence ou Larry Wachowski, fit ses début en tant que femme pour le tournage des bonus du DVD et Blu ray de « Cloud Atlas. »

(Cliquez sur le nom de Lana pour voir la vidéo en question.)

Source : ‘The Matrix’ director Lana Wachowski makes debut as woman, following sex change – 07/30/2012 | Entertainment News from OnTheRedCarpet.com.

3 commentaires leave one →
  1. 12 mars 2013 19:54

    Un peu trop brouillon pour être vraiment un bon film à mon goût, mais loin d’être déplaisant.

  2. 18 mars 2013 15:34

    J’en ai fait une critique aussi et je te rejoins sur plein de points dont celui d’avoir envie de se replonger dans cet univers : livre commandé !
    Grâce à ton schéma de migrations karmiques je m’aperçois que, malgré toute mon attention, j’ai raté des identifications😉

Trackbacks

  1. [Bon plan] Printemps du cinéma 2013 : un film pour 3.50€ | Les écrans de Claire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :